Sauvage

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Avoir la peau de quelqu'un

Image by Tywak via Flickr

Semblant ne rien demander à personne, je suis dépendant de toi. Et bien que je ne sente nul réconfort auprès de toi, - car tu suscites en moi plus la peur et la fuite, - il m'est vital que je me rapproche de toi le plus possible. Je me nourrirai alors de ta bonté intrinsèque et repartirai ensuite voir d'autres qui m'effraient moins malgré certaines apparences dont j'ai appris à passer outre. Ces autres qui ne demandent qu'un peu d'attention, un peu de chaleur et dont la joie de m'avoir près d'eux quelques instants ne fait aucun doute. Parfois leur fougue m'impressionne tant, que je me dois de calmer le jeu. Mais là, qui devient dépendant de qui ? Moi, je ne fais que passer, j'ai besoin surtout de ma solitude, d'observer le monde, tapis là où l'on ne peut me voir. La plupart du temps tu ne me regardes même pas, je fonds dans le décors jusqu'à l'insignifiance. Et je me rapproche toujours d'avantage, toujours face à ton indifférence. Mais ne crois pas que je te prends que ce que tu as à m'offrir, je peux tout aussi bien aller ailleurs. C'est cela l'indépendance, avoir besoin de quelqu'un, sans que cela soit quelqu'un de précis, prétendre un port d'attache, mais le prétendre seulement.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir